Waste Paper for the Blind

PALAIS DE TOKYO

Waste Paper or the Blind est une perforamance créé pendant une résidence de création à Berlin du CEAAC (Centre Européen d’Actions Artistiques Contemporaines ). Ville cosmopolite, Berlin est devenue de par son contexte culturel et historique, une sorte de nouveau monde, une terre promise brassant différentes langues. Le projet est ouvert à toutes les interprétations (d’où l’intitulé), car l’époque l’impose de par l’inflation d’images et des slogans politiques ou publicitaires qui se veulent subrepticement bienveillants. Waste Paper for the Blind essaye de démontrer comment des groupes sociaux aux idéologies opposées peuvent en même temps se les approprier .

L’oeuvre est composée de 131 posters au format A3, sur lesquels sont inscrits en allemand, anglais et français, des slogans, formules ou simples expressions du quotidien que j’ai collectés dans la presse nationale et internationale, mais aussi dans l’espace public ou lors de conversations que j’ai volontairement mené durant ma résidence.

Le processus de création s’étend au-delà de la forme éditoriale, par la mise en place d’un protocole où le public est invité à interagir par une ré-appropriation de ces slogans, en les postant dans l’espace public afin de les re-contextualiser, créant ainsi une oeuvre collective.

Sous la forme d’une performance au Palais de Tokyo pendant le festival DO DISTURB j’ai investi divers endroits des larges espaces devenus terrains de jeu de mon affichage sauvage. Celui ci a réussi à perturber et à interagir avec les autres performances et interventions .
Le public fut à nouveau sollicité afin de s’approprier les affiches, des posters ont été ainsi distribués afin que les spectateurs puissent les coller dans l’espace à leur guise puis poster les photos de leurs propres interventions sur la page Facebook crée à cet effet.